IMG_2834

Le petit bonhomme de pain d’épice

Dans une maison vit une vieille dame. Un jour, elle cuisine un bonhomme de pain d épice avec un reste de pâte à gâteau. Mais en cuisant, celui-ci devient vivant et s’ enfuit. Vont ainsi se lancer à sa poursuite la mamie et son mari, un chat, un cheval, deux enfants, une vache…. Un renard vient en aide au petit bonhomme de pain d’ épice qui tient absolument à échapper à ses poursuivants. Mais le renard n’ aurait-il pas une autre idée en tête ? On aime le comique de répétition « File ! galope ! Cavale ! Jamais tu ne m’attraperas », la naïveté du biscuit qui se jette dans le gueule… du renard, les illustrations colorées et le prix dérisoire (1,99 euros) de ce petit livre des éditions Lito. On aime aussi les contes d’antan remis au goût du jour, avec leurs ritournelles et mécanique d’écriture qui plaît tant aux enfants.

Le petit bonhomme de pain d’épice, d’après un conte traditionnel, adapté par Anne Royer, ed Lito, 1,99 euros. Dès trois ans.

Publicités

C’esIMG_2776.JPG

C’est quoi ?

Petite lecture du moment avec les toutous qui ont reçu un paquet par la poste. mais c’est quoi ? c’est quoi ? c’est quoi ? se demandent la petite bande de @dorotheedemonfreid . Un objet qui peut se transformer en balançoire ou en piscine ? en cerf-volant ou en parachute ? L’imagination débordante des toutous les amène à découvrir l’utilité réelle de cet objet. Surtout quand il se met à pleuvoir… un parapluie ! Voilà qui peut être très utile!
Ici, on aime les toutous, on aime l’univers de Dorothée de Monfreid et on se régale de ses livres. Son format court est idéal pour le poser sur la table de nuit, et en faire la dernière lecture du soir. Pour s’endormir sourire aux lèvres.

C’est quoi ? Dorothée de Monfreid, Ecole des Loisirs, 10,70 euros. Dès tout petit.

IMG_2809

L’école fait sa rentrée

La rentrée en moyenne section approche pour mon LittleBoy et pour le mettre en condition, j’ai choisi ce livre, L’école fait sa rentrée, qui raconte ce que ressent l’école. En clair, on passe de l’autre côté des murs pour vivre les appréhensions de de la bâtisse, à l’approche des heures de classe, de la foule des bambins qui va débarquer, des enfants qui ont très envie de venir et de ceux qui ne l’aiment pas, l’école. On apprend à se connaître et à s’apprivoiser, on apprend à grandir ensemble. Et à revenir le lendemain. C’est drôle et sensible à la fois. Et original.

L’école fait sa rentrée, Adam Rex et Christian Robinson, Little Urban, 14,50 euros. Dès 4 ans.

Montess

Les histoires à raconter Montessori

Mon Littleboy ayant un peu de mal à se repérer dans le temps, j’ai acheté ce coffret des Histoires à raconter Montessori chez Eyrolles, qui permettent de resituer des actions dans l’ordre où elles se produisent. Histoire de l’aider à mieux comprendre les notions de temps et à organiser sa pensée.

Ce coffret comprend 15 histoires à mettre dans l’ordre, réparties en 3 séries d’images adaptées à l’âge des enfants : 5 histoires de 3 images pour démarrer et comprendre la logique du jeu. On enchaîne ensuite avec 5 histoires de 6 images pour compliquer un peu le job (Nous on a un affection pour la préparation de la tarte aux pommes). Et enfin, 5 histoires de 9 images qui répondent à la question : d’ou ça vient?

Pour les grands, un livret présente Maria Montessori et la place du langage dans sa pédagogie avec des activités à réaliser à la maison. Je trouve que l’approche interactive est plus dynamique qu’un livre sur le sujet. Et les histoires racontent des moments de la vie quotidienne (du bébé aux grands parents, les étapes de la journée…) qui parlent bien aux enfants.

Les Histoires à raconter Montessori, Marie Ollier et Charlotte Poussin, éd. Eyrolles, 19,90 euros.

pingouins

Compte avec les pingouins

J’avais craqué sur ce livre-jeu il y a déjà plusieurs mois. Et je dois dire qu’en le remettant à disposition de mon LittleBoy, j’ai pu voir les progrès qu’il avait fait en mathématiques. Grande fierté de maman que de voir son petit de 4 ans compter, dénombrer et résoudre des problèmes. Simples évidemment. Bon, au fur et à mesure qu’on avance dans le livre, les problèmes se compliquent un peu, c’est logique. Mais cela rend le jeu d’autant plus intéressant, qu’il s’inscrit dans la durée et que l’enfant observe de lui même ses progrès d’apprentissage. Dans ce livre, on a d’abord détaché des pingouins, des poissons, un ours polaire et une orque, un canoë et une motoneige. Ces personnages et les éléments de décor permettent à l’enfant d’additionner et de déduire le nombre de poissons avalés par les pingouins ou le nombre de pingouins nécessaires pour dépasser la hauteur d’un ours. Enfin, le jeu est drôle, esthétique et facile à ranger. Ce qui ne gâche rien.

Compte avec les Pingouins, Jean-Luc Fromental et Joël Jolivet, éd. Hélium, 13,90 euros.

Olive & Léandre

Léandre est un ours, et vit tout au nord. Olive est un poulpe et vit tout au sud. Un jour de grande solitude, ils entreprennent de traverser l’océan et atterrissent l’un chez l’autre. Mais il n’y a personne. Alors, ils décident de laisser un mot… ici, on suit les pérégrinations de l’ours et du poulpe qui se croisent encore et encore, mais ne se rencontrent jamais en chemin. Le monde est visiblement trop grand pour ces deux là. Alors, peut-être qu’entre le nord et le sud, quelque part au milieu, il y a de la place pour eux ? Une histoire pleine de poésie et de fantaisie. Un ours et un poulpe qui finissent par vivre ensemble alors qu’à priori tous les opposent., ce n’est pas banal. mais c’est beau. Dans ce livre Janik Coat nous fait voyager dans les profondeurs de l’océan, avec ses couleurs intenses et ses personnages au style tellement identifiables. Un joli moment de partage.

Olive & Léandre, Janik Coat et Alex Cousseau, éditions Les Fourmis Rouges, 18 euros, dès 4 ans.

IMG_2451

L’appel du tigre

Voilà un livre pour les enfants épris de liberté de nature sauvage. Lili et son ami (imaginaire) Tigre en ont assez de se faire gronder et des punitions alors ils décident de se faire la belle. Partir, braver les interdits, faire tout ce dont on a envie… voilà qui parle à nos petits si souvent confrontés à la frustration. Alors même si Lili sait qu’il ne faut pas le faire, elle choisit l’aventure en se préparant vite fait un sac de voyage avec un peu de nourriture, des jumelles et une carte pour retrouver la maison. Paquetage sur le dos, elle vit sa soif d’aventures à travers Tigre : crier, se rouler dans la boue, partir loin… Tout devient possible, et c’est enthousiasmant. Jusqu’au moment où le duo réalise qu’il est perdu, sans plus de vivres. Tigre veut plus de liberté et de bêtises. Alors que Lili trouve que l’histoire va un peu loin, décidant de rentrer chez elle. La peur, le manque, la nuit… la jeune fille comprend que cette trop grand liberté est risquée. Et que finalement, la liberté peut se goûter, sans forcément fuir son quotidien. Une histoire tendre et sauvage sur la liberté… et ses limites.

L’appel du tigre, Gwen Millward, éd. Little Urban, 13,50 euros, dès trois ans.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑