Les animaux qui existent peut-être

Dans ce livre sur les animaux, il y a… des animaux. Tous ont été observés, détaillés, dessinés et classifiés par le grand professeur O’Logh, scientifique méconnu. Reste qu’aucun autre biologiste n’a eu le loisir de croiser ces petites et grosses bêtes. Est-ce à dire qu’ils n’existent pas ? Personne ne peut le prouver… C’est donc ce postulat propre à la rigolade, qui donne le point de départ de cet ouvrage plein de surprises. Un bestiaire drôlissime avec des animaux qui chantent faux, qui ne volent plus ou font des trucs dégoûtants. Les créatures qui y figurent sont si incroyables que le professeur les a rangées selon un système de classification scientifique plutôt révolutionnaire : les animaux doux au toucher, les animaux pas sympas, les animaux qui bavent ou encore les animaux louches… Evidemment, la société royale de zoologie n’a rien validé des recherches du professeur anglais, mais peut-être que les jeunes lecteurs sauront réhabiliter son travail ?

Bref, voilà un album jeunesse plein de fantaisie où tous les loisirs imaginaires sont permis : pourquoi pas rêver de rencontrer le gloubicéphale, sorte de cachalot sur pattes, qui cherche sa nourriture au plus profond des abysses et parfois, ou plus simplement, au camion de hot-dogs ? Ici, tout est permis, surtout la loufoquerie !

Les animaux qui existent peut-être, Jean-Baptiste Drouot et Stéphane Nicolet, ed. Little Urban, 15,50€, à partir de 7 ans.

Le berger et l’assassin

Voilà un album qui ne laisse pas de glace ! L’histoire est noire sur fond de dictature. On ne la voit jamais mais on nous parle des « fascistes d’en bas » et des « chemises grises », qu’on a clairement pas envie de rencontrer. On y croise un duo impossible composé par un berger solitaire dont la tranquillité a été perturbée par l’arrivée de celui qu’on dit « assassin », qui est blessé et en fuite. Le tout, sur fond de montagne aride, dure, froide… mais si belle. D’ailleurs, on ne voit qu’elle. Ciselée, découpée, colorée selon les heures de la journée. A la fois séduisante et effrayante. Immense et désertique à hauteur de cimes, on la voit se transformer sous les rayons du soleil couchant. Pour fuir la noirceur du bas, il va falloir passer de l’autre côté en escaladant le ciel. Pour cela, il faudra forcément se faire confiance. Pas simple dans un tel climat de méfiance. Dans ce livre, la montagne prend toute la place. Tout juste aperçoit-on à la fin une cordée entre deux hommes au péril de leur vie. L’histoire est servie par un texte puissant et des images époustouflantes. Le dessinateur, Régis Lejonc, raconte qu’il n’avait jusqu’alors jamais dessiné la montagne alors qu’elle est ses racines. Il lui fait ici un clin d’oeil en dessinant la bergerie de La Tournette dominant le lac d’Annecy et la vallée de son enfance.

« Qui que tu sois, la montagne est plus dangereuse que toi », dit le berger à l’assassin. Voilà de quoi méditer…

Le berger et l'assassin, Henri Meunier et Régis Lejonc, éd Little Urban, 19,90€, à partir de 9 ans et adolescents.

Curionautes des sciences

Depuis septembre nous sommes abonnés à Curionautes, un magazine scientifique pour les enfants de 8 à 12 ans. On aime le dossier bien développé sur un sujet qui préoccupe nos petits comme d’où vient l’électricité, c’est quoi un virus, les volcans… jusqu’alors les sujets ont fait mouche. Et la curiosité de mon LittleBoy a fonctionné à plein.
Sur les virus (sujet d’actualité !), le récit documentaire d’une douzaine de pages est bien expliqué par un expert (c’est le cas pour chaque dossier) dans un langage vulgarisé mais pas bêtifiant. Et les personnages récurrents des histoires aident encore à simplifier la compréhension de phénomènes scientifiques. Le récit est éclairé de schémas, reconstitution 3D, photos microscopiques…
Pour s’assurer que l’enfant a bien compris, une BD de deux pages fait un résumé du dossier et un poster carte mentale restitue toutes les infos. Franchement au top.
La seconde partie du magazine parle des sciences en général, avec quiz, jeux (labyrinthes, devinettes, différences, points à relier…) brèves d’actu ou encore la vie et l’œuvre d’un scientifique racontée en courte BD (Charles Darwin, Isaac Newton…).
Enfin, pour ceux qui veulent pratiquer, un petit livret d’expériences est proposé à la fin.
Comme pour tout magazine qui a une cible large (8-12ans), il y a parfois des thèmes plus compliqués pour les minus mais j’ai pu observé que l’intérêt de mon garçon restait vif ! Bilan : nous recommandons !
Curionautes des sciences, 8-12 ans, Milan, 5€.
Le récit-documentaire.
La carte mentale.

Série Mythologie et compagnie

Voilà une série de livres sur la mythologie accessible aux enfants à partir de 7 ans, que mon littleboy et moi adorons particulièrement. Évidemment, il s'agit à chaque fois de mythes faisant référence : on y trouve les aventures d'Ulysse et les travaux d'Hercule, mais aussi Persée affrontant Méduse ou encore Bellerophon apprivoisant Pégase le cheval ailé. En 5 ou 6 chapitres l'histoire est déclinée, et j'avoue me régaler en observant mon garçon, vivre le suspense de ces épisodes mythologiques qu'il découvre pour la première fois. Lui qui adore les légendes y trouve forcément son compte, même quand l'histoire est cruelle. Et même si elle est racontée de manière à ne pas effrayer les plus jeunes. Pour Icare chutant après avoir volé trop près du soleil, il a décidé d'inventer une fin à lui, où le jeune garçon tombé à l'eau aurait réussi à rejoindre la terre ferme à la nage... 
Après tout, il a bien droit lui aussi, de s'inventer des histoires.
Série Mythologie et compagnie aux éditions Nathan, a partir de 7 ans, 6,90€ par ouvrage.

Histoires de dragons illustrés

Lectures du soir… cet ouvrage joliment illustré réunit sept histoires de dragons recueillies dans le monde entier. Ces légendes font référence en la matière. On a aimé Les quatre dragons qui se déroule dans la Chine antique où ces êtres magiques étaient considérés comme gentils et portant chance. Ici, les quatre animaux légendaires se transforment en quatre grands fleuves qui continuent d’offrir de l’eau aux gens chaque jour. Mon garçon s’est passionné pour Jormungand, dragon tiré de la mythologie nordique, familier du roi Odin, du trône d’Asgard et de Thor Dieu du tonnerre… les fans de Marvel souriront. Pour les autres, la légende reste pleine de rebondissements. On y trouve encore des histoires de dragons roumaine, britanniques et même belge. À lire et relire…

Histoires de dragons illustrées, illustrations Khoa Le, Ed Usborne, 14,50€

Spécial Cop 26 : Océans… et comment les sauver

En pleine COP 26, mon LittleBoy a sorti ce livre de la bibliothèque, sur les océans menacés et comment les sauver. Il nous montre la beauté des océans, la diversité des espèces qui y vivent, les forêts sous-marines, les profondeurs inexplorées... mais aussi pourquoi ce monde est menacé. On embarque à travers dix écosystèmes marins à découvrir et protéger, à travers de simples gestes sans même bouger de chez soi. Avec des jeux, devinettes, vrai-faux... on aborde le sujet de manière ludique. Et à chaque fois, une bulle « et toi dans tout ça? » donne des idées pour agir à notre niveau. L’ouvrage est superbe et riche d’informations pour faire de nos enfants des petits citoyens responsables.
Océans et comment les sauver, Amandine Thomas, Ed. Sarbacane, 16,90€. Dès six ans.

Regarde par la fenêtre

Qui n’a jamais regardé à travers les fenêtres des maisons ? Surtout à l'automne, à la nuit tombée quand les lumières éclairent nos intérieurs... ce livre joue sur cette idée mais attention, les apparences sont parfois trompeuses. Cette mamie à l’air adorable dans l’encadrement de sa fenêtre de porte se révèle une fois entré dans son intérieur, être une sorcière en pleine réalisation d’une potion maléfique 😱. Le loup derrière les carreaux a-t-il déjà englouti le chaperon rouge ? Pas du tout, il est juste venu prendre le thé et déguster la tarte de grand-mère ! On s’amuse au fil des pages à imaginer ce que le personnage peut bien être en train de faire à l’intérieur, puis on vérifie et se laisse surprendre par une situation cocasse, amusante, épouvantable 😉. Un joli moment de partage.
Regarde par la fenêtre, Katerina Gorelik, Saltimbanque Editions, 15,90€. Dès 5 ans.

Fille Garçon

Fille ou garçon, on a le droit de s’amuser, de s’aimer, de grandir loin de l’arbitraire des stéréotypes. Avec des mots simples et des dessins d’une grande douceur, Hélène Druvert aborde des notions essentielles à la tolérance et au bien vivre ensemble : se sentir bien dans sa peau, accepter ses forces et ses fragilités, rêver de princesse et de chevalier sans rien s’interdire, aimer coudre quand on est un garçon et bricoler quand on est une fille... ici on parle d’égalité mais aussi d’amour et de famille. Parce qu’au 21e siècle on a le droit d’aimer qui on veut.
Le livre est très élégant et animé de multiples flops, pop-up, volets à rabattre... ce qui le rend ludique en plus d’être magnifique.
Fille Garçon, Hélène Druvert, Ed Saltimbanque, 21€, dès six ans.

Maroussia, celle qui sauva la forêt

Maroussia habite avec sa grand-mère dans une petite isba à l’orée d’une forêt où vivent des créatures magiques. Sa grand-mère les connaît bien mais Maroussia ne les a jamais vues. Pourtant, quand elle apprend qu’une ligne de chemin de fer va traverser la plaine, passer par leur village et détruire le bois; ce sont les esprits de la forêt qui vont lui venir en aide...
On a ici un très beau livre avec une esthétique soignée et des dessins d’une grande beauté. On plonge dans un conte russe imaginaire mais avec tous les codes : la Grand mère, le loup, la petite fille, la forêt. Les éléments fantastiques sont directement issus de la culture russe, celle du folklore et des croyances anciennes.
On aime l’ambiance magique, croire aux esprits de la forêt, et s’imprégner de la douceur de cette enfant. Ouvrir ce livre est comme s’offrir une parenthèse dans la journée. On arrête le temps et on se laisse guider par Maroussia dans un monde de légendes...
Maroussia, celle qui sauva la forêt, Carole Trebor et Daniel Egneus, ed Little urban, 19,90€, dès six ans.

Nez à nez avec les Grecs

Nous voyageons dans l’antiquité avec la série des Nez à nez avec... super bien faite pour capter l’attention d’un 7 ans. À vrai dire, que ce soit l’Égypte antique ou cette fois la Grèce, je me dis toujours que LittleBoy va m’abandonner en cours de route, trouvant le livre trop long tellement la densité d’infos est grande (62 pages). Mais pas du tout. Pour tout dire, en terminant celui là sur la chute de l’empire grec au profit des romains... il me demandait déjà de lire le nez à nez sur les romains !
Bref, je vous recommande vivement ces livres carrés qui nous font partir à la rencontre des grandes civilisations et personnages du passé. Ici ce sont les Grecs, ceux qui ont inventé l’alphabet, la démocratie, les jeux olympiques et... le réveil !
Évidemment, les dieux, les temples et la mythologie ont une bonne place, mais aussi des notions plus complexes comme la philosophie et les grandes prêtresses. Et j’aime beaucoup la frise chronologique en fin d’ouvrage, qui permet de restituer les périodes historiques. Du Minotaure à Alexandre le Grand, il y a de quoi raconter.
Petit bonus : la double page sur la Grèce d’aujourd’hui et où observer les vestiges historiques de la période. Si on a envie de prolonger en allant jusqu’à Athènes ou plus simplement au musée du Louvre.
Nez à nez avec les Grecs, James Davies, Ed. Nathan, 12,90€.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑