Pierre et Bob chiens détectives. L’enquête de l’oeuf perdu

Pâques approche à grand pas. Parmi les nouveautés de la saison, je me suis arrêtée sur Pierre et Bob, chiens détectives et leur enquête de l’oeuf perdu. Dans cette histoire, les deux compères viennent de déterrer un oeuf plutôt mystérieux. A qui peut-il bien appartenir ? C’est le bon moment pour enquêter sur les traces de la maman (ou du papa) de ce curieux oeuf. On commence par une évidence : la poule ! Oui mais voilà, elle ne le reconnaît pas et tous ses oeufs sont bien dans le poulailler. On passe ensuite chez les reptiles (parce qu’il n’y a pas que les volatiles qui pondent des oeufs), chez la tortue, l’ornithorynque ou encore le crocodile.

Ce qu’on aime dans ce livre, c’est la lecture amusante avec l’enquête qui nous tient en haleine pour savoir qui a bien pu pondre cet oeuf. Mais en bonus, on apprend que des animaux très différents peuvent avoir leurs bébés de cette manière. On découvre que les oeufs de l’émeu sont verts, que le python les garde bien au chaud en s’enroulant autour, ou encore que certains requins en pondent, mais dans un format bien différent de celui trouvé par Pierre et Bob.

Finalement, voilà l’oeuf qui se met à bouger… et qui en sort ? Un dinosaure ! Reste à lui trouver une maman qui saura s’en occuper…

Pierre et Bob chiens détectives. L'enquête de l'oeuf perdu, Katerina Gorelik, éd. Saltimbanque, 12,90€.

Mina

Voilà une bien jolie histoire de chat et de souris racontée par Matthew Forsythe. Mina vit dans son petit monde avec son papa, bien tranquillement. Jusqu’à ce que celui-ci ne ramène… un écureuil ? C’est ce qu’il semble croire mais l’animal a tout l’air… d’un matou. On s’amuse à voir la naïveté et l’enthousiasme du papa, on s’inquiète avec Mina de la présence de cette boule de poils sous leur toit. Jusqu’à ce que les chats soient plus nombreux et que la chasse à la souris ne démarre… Pas de soucis, tout fini bien.

On aime les couleurs chaudes des dessins plein de douceur en cette saison hivernale, et le mini-supens qui fait sourire tout le monde à la fin. Trop mimi.

De cet auteur, nous avions déjà beaucoup aimé La feuille d’or, dont l’intrigue se déroule à l’automne, dans une forêt luxuriante.

Mina, Matthew Forsythe, éd. Little Urban, 14,50€, à partir de 4 ans.

Le livre extraordinaire des dragons

INCONTOURNABLE ! La série le livre extraordinaire s’intéresse aux dragons pour le grand plaisir de mon LittleBoy qui adore les légendes autour de animaux imaginaires. Comment peut-on venir à bout de l’hydre de Lerne ou de la cocatrix ? Le monstre du loch Ness a-t-il vraiment existé ? Que se passerait-il si Jormungandr sortait de l’océan? Toutes les réponses sont dans ce livre grand format qui décline sa formule magique : des dessins qui sont d’une finesse et d’une précision incroyable, sept à huit informations par créature permettent de découvrir ses pouvoirs et des anecdotes surprenantes sur le comportement des dragons. Fascinant...
Le livre extraordinaire des dragons, illustrations Gonzalez Kenny, Ed Littleurban, 23€, dès six ans.

Le loup

Il y a des lectures qui se veulent plus utiles que d’autres. Il m’a semblé important de faire découvrir à mon LittleBoy ce loup de Mai Lan Chapiron, un album à hauteur d’enfant pour briser le tabou de l’inceste.
J’avoue que de mon côté, à force de lire des témoignages là-dessus (le livre de Camille Kouchner m’a bouleversée) et après avoir appris que l’inceste concerne en moyenne deux enfants par classe à l’école (😱); je me suis dit qu’une petite sensibilisation des plus jeunes au sujet était sans doute une bonne idée.
Alors avec mon LittleBoy, on s’est intéressé à l’histoire de Miette, cette petite fille qui adore sa maison, les fêtes avec les copains. Seulement voilà, personne ne le sait, mais il y a le loup, le loup est dans la famille. Et quand personne ne le voit, il vient embêter Miette.
L’auteure nous raconte avec beaucoup de tact le secret-poison dans lequel Miette est enfermée, son envie d’en parler, sa peur, son mal-être, son besoin d’échapper au prédateur, son souhait de dire NON !
Les dernières pages sont faites « pour discuter un peu », pour dire que personne n’a le droit de toucher les parties intimes de l’autre, qu’en grandissant on apprend à se laver tout seul... le petit schéma qui récapitule quelles sont les parties intimes m’a paru intéressant pour bien situer les choses. Et on se pose les bonnes questions : aurais-tu comme Miette le courage de dire Non, y a-t-il des endroits où tu n’aimes pas aller, à qui pourrais-tu parler s’il t’arrivait là même chose...
je n’ai pas pu m’empêcher de me dire aussi que désormais, si mon LittleBoy entendait un de ses copains lui parler de ça, il saurait sans doute quoi lui répondre...
Au final, mon fils a très bien réagi à cette lecture, on l’a d’ailleurs relu à sa demande. Et moi, j’ai eu le sentiment de faire quelque chose d’utile... parce qu’il faut bien le reconnaître, on ne vit pas chez les bisounours...
Le loup, Mai Lan Chapiron, Ed La Martiniere jeunesse, 9,90€.

Les sablés d’Halloween

On est bien content de notre atelier pâtisserie, avec nos sablés d’Halloween. On a trouvé la recette sur belles histoires.com et elle est top, je vous la donne ici :
- 1 oeuf
- 125 g de sucre
- 240 g de farine
- 125 g de beurre
Fouettez l’œuf et le sucre, ajouter la farine. Du bout des doigts faire une pâte sableuse et ajouter les morceaux de beurre. Pétrir à nouveau et utiliser tout de suite. Temps de cuisson : 10 minutes à 170 degrés.
La recette originale est celle des petits fantômes avec le glaçage au citron mais c’est finalement le moins réussi chez nous. Par contre la pâte est top pour les emporte pièces Scrap cooking pour les biscuits d'Halloween.

Amitiés

Dans Amitiés, on retrouve les jolies illustrations de Benjamin Chaud et rien que pour cela, ça vaut le coup de s’y attarder… reste que l’histoire aussi vaut le détour : on y parle de l’amitié entre deux enfants insouciants, jusqu’au jour où la fillette trouve un autre copain avec qui passer son temps.

Notre petit héros se retrouve tout seul… alors bien sûr c’est un peu triste mais la vie est faite aussi de déceptions et de chagrins. Et je trouve intéressant que les livres ne soient pas seulement le reflet d’une vie idéalisée en rose bonbon. Non ?

D’autant qu’il s’agit d’abord d’un moment douloureux, qui bientôt ne sera plus qu’un souvenir. Et des copains, on finit toujours par s’en faire d’autres… Bref, on aime le réalisme du propos mêlé à la poésie du dessin, et lire une histoire qu’on prolonge par une discussion sur l’amitié, les ruptures et le souci de l’autre.

 Amitiés, charlotte Zolotow et Benjamin Chaud, Ed Littleurban, 14,50€, dès 5 ans. 

IMG_4624 2

Mon top 10 de Noël (1/10) : Le jardinier de la nuit

Noël approchant, j’ai décidé de transformer ma « série du mercredi » en « Top 10 de Noël », pour vous proposer nos coups de coeur des derniers mois en littérature jeunesse, à mettre sous le sapin d’ici quelques semaines. Je commence par Le Jardinier de la Nuit des Fan Brothers. Dans la rue des Chagrins, tout le monde est un peu triste, les paysages sont gris et les sourires inexistants. mais c’est sans compter le Jardinier de la nuit qui vient surprendre les habitants en réalisant chaque nuit une sculpture végétale dans un arbre du quartier. On adomire, on photographie, on se parle on sourit. La vie reprend, notre petit héros William, est curieux de savoir qui fait cela. Le Jardinier de la nuit mi ange-gardien, mi bonne fée, le prend sous son bras et lui passe le relais du sécateur un peu magique. Mais ici, on parle de la magie du coeur, celle qui réconforte et qui donne envie de donner de l’amour aux autres. C’est beau, c’est poétique, c’est très joliment dessiné… On devient tout shamallow à la lecture de ce livre très bienveillant.

Le Jardinier de la nuit, The Fan Brothers, ed Little Urban, 15 euros, dès 4 ans.

IMG_4648

IMG_3266

La série du mercredi (2/2) : le puzzle ABC

Pour finir cette série du mercredi (2/2), pas de livre mais des lettres de l’alphabet. Sous le A fleuri, on découvre des abeilles qui butinent, sous le B à l’ambiance forestière, une biche, et sous le C à rayure, un chat… Cet abécédaire, où chaque lettre vient s’emboîter, rythme l’alphabet d’illustrations d’animaux que l’on retrouve sur son contour accompagnés de leurs noms. Fabriqué en contreplaqué de tilleul et superbement illustré par Emilie Vast, il trône sur notre table de salon depuis longtemps déjà, tel un objet de décoration. Il est beau, ludique et mon LittleBoy vient y jouer quand il en a envie. Il est intéressant de le voir évoluer, reconnaître des lettres et surtout celles de son prénom, et même identifier des animaux originaux qu’il ne connaissait pas avant.

Le puzzle ABC, une exclusivité Djeco pour Nature et Découverte, 16 euros, dès 3 ans.

IMG_3263

La série du mercredi (1/2) : Mon tout premier abécédaire

Pour cette série du mercredi (1/2), j’ai choisi de vous parler des lettres de l’alphabet, l’une des préoccupations de mon LittleBoy en ce moment. En boutique, le choix ne manque pas et j’ai eu du mal à me décider… J’ai finalement opté pour Mon tout premier abécédaire chez Auzou, avec sa boîte de lettres aimantées et colorées. Ce que j’aime : les lettres qui peuvent être utilisées au fil des pages, que l’enfant s’amuse à reconnaître visuellement, et qui peuvent aussi se coller sur le frigo. Au fil des pages (une à deux lettres par page), l’enfant doit trouver la lettre qui correspond et la mettre dans le moule qui l’attend. On regarde ensuite les animaux ou objets présentés, dont le nom commence par la même lettre. Plutôt ludique et pas du tout barbant. Bref, ça fonctionne bien et l’apprentissage de l’alphabet devient un jeu.

Mon tout premier abécédaire, Isabelle Jacqué, éd Auzou, 14 euros, dès 4 ans.

IMG_1418

La série du mercredi (2/2) : Le livre en colère

Pour finir cette série sur les émotions (2/2), je vous propose ce classique que nous venons d’avoir pour la seconde fois ! Le livre en colère était le dernier de l’abonnement Titoumax de l’école, mais nous l’avions déjà dans notre bibliothèque depuis longtemps. L’occasion de le relire et de s’amuser à lui parler à l’oreille, à compter jusqu’à 10, le faire sourire pour que sa colère rouge s’apaise. Un bisou, un câlin, et le voilà qui rosit et qui se calme enfin. Défi remporté, la tomate est devenu citron, le livre en colère ne l’est plus. Evidemment, l’intéressant dans cet ouvrage de Ramadier et Bourgeau, c’est l’effet miroir pour l’enfant qui apprend comment en prenant un peu de temps, on peut faire descendre sa colère pour recommencer à profiter de la vie !

Le livre en colère, Ramadier et Bourgeau, école des loisirs, 10,50 euros, dès 3 ans.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑