La grande fabrique de tout ce qui pue

Les odeurs, et plutôt les mauvaises, sont au cœur de cet ouvrage original, instructif et drôle. On démarre avec l’utilité de nos narines et de cet étrange appendice que nous portons en plein milieu de notre visage. Flairer des émotions, détecter des maladies… font partie de nos talents olfactifs. Mais il existe une quantité d’autres mauvaises odeurs. Celles du corps humain qui forcément déclenchent les rires du lecteur enfantin, du rot au prout, en passant par les aisselles, les pieds… et le nombril !

À chaque fois on a une explication scientifique et un pingouin qui met en scène les situations. Et donne des conseils pour éviter les mauvaises odeurs. On fait aussi un tour chez les animaux qui marquent leur territoire, cherchent à séduire, attaquer ou se défendre. On termine avec la puanteur d’hier à aujourd’hui, au moyen âge ou encore à la cour de Louis XIV. C’est à la fois drôle et intelligent ! Comme dans La grande fabrique à crottes (ouvrage précédent des auteurs) on a un glossaire d’expressions et proverbes pour dire que ça pue … et j’ai moi même appris plein de choses !

La grande fabrique de tout ce qui pue, nadja Belhadj et Philippe de Kemmeter, Ed Saltimbanque, 13,90€, dès 7 ans.

Bâtisseurs de génie

Voilà un chouette livre pour enfants curieux. En tournant les pages, on découvre tour à tour les techniques des animaux qui fabriquent seuls ou à plusieurs, des constructions parfois très élaborées, qu’il s’agisse de séduire sa belle comme le crabe violoniste avec sa chambre d’amour, ou encore pour élever ses petits comme le rouleau de feuilles du cigarier. Nous on a aussi aimé le logement familial de la marmotte des Alpes pour vivre tous ensemble et l’igloo chauffant du hérisson pour s’abriter l’hiver… et aussi découvrir des animaux et insectes comme le grillon champêtre ! Les dessins sont superbes et les explications accessibles pour les enfants. On partage un beau moment de lecture et on apprend plein de choses !
Bâtisseurs de génie, Emmanuelle Figueras et Claire de Gastold, Ed Saltimbanque, 19,90€,à partir de 6 ans.

Cahier d’activités La Planète Terre

Pour faire suite au post sur le livre La Terre est mon amie, nous avons complété la lecture des témoignages d’enfants qui agissent pour sauver la planète avec ce cahier d’activités @usborne_books La Planète Terre qui permet de suivre des animaux à travers l’Afrique de l’est, de trouver un chemin dans une grotte de cristaux géants au Mexique ou encore, d’identifier les coraux de la Grande Barrière de corail.
Des points à relier, des labyrinthes, des quizz, des cherche et trouve… On a tout un tas de petits jeux sympas pour mieux appréhender la planète terre : les animaux, la géologie, les climats…

Car après tout, on ne protège bien que ce qu’on connait bien !


Cahier d'activités La Planète Terre, ed Usborne, 10€, dès 7 ans.

La Terre est mon amie

Ce livre est né en pleine pandémie du Covid. Face à l’enfermement imposé, les autrices Karine Daisay et Maïa Brami ont pris l’option d’ouvrir la fenêtre en grand sur le monde pour aller voir comment chacun vit sur la planète terre en ce début du 21e siècle.

Elles ont plongé dans la richesse des cultures, des styles de vie pour en extraire tout ce qui peut apporter de l’espoir dans un univers qui se cogne au réchauffement climatique et autres pollutions humaines.

Dans ce livre, on croise 20 enfants qui vivent en harmonie avec la nature, tentent de changer la donne, nous montrent un chemin.

De leur quotidien, on retiendra de belles initiatives, des idées de recyclage, leur approche pour protéger la planète qu’on a tous envie de partager.

Avec l’innocence de leur âge et le poids des cultures. Yâhlini est un jeune indien qui écrit un journal avec ses amis pour protéger le tigre du bengale. Melati vit en Indonésie et raconte comment on peut « créer des merveilles » avec de vieux objets ou matériaux usagés.

Les dessins sont magnifiques, colorés comme pour nous réchauffer. Les textes sont appuyés d’un glossaire pour comprendre les mots qui pourraient être compliqués ou qui méritent qu’on s’y attarde.

Bref, une belle et saine lecture qui tend à montrer que partout dans le monde, la jeunesse pourrait bien nous aider à relever un défi d’avenir : sauver notre planète.

De notre côté avec mon Littleboy, on en profite pour situer les pays « visités » sur notre globe terrestre et évoquer les conditions de vie plus ou moins difficiles, des témoins du livre.

La Terre est mon amie, Maïa Brami et Karine Daisay, éd. Saltimbanque, 16,50€, dès 8 ans.

Mon livre de faits étonnants sur les animaux

Une lecture amusante : mon livre de faits étonnants sur les animaux ! On peut tout lire d’une traite ou picorer en se laissant guider par sa curiosité. Le livre est bourré d’anecdotes surprenantes sur le monde animal. Par exemple : savez vous qu’il existe un animal dont le petit est plus grand que l’adulte ? L’occasion est bonne d’en découvrir plus sur la différence de poids entre l’adulte et le bébé chez d’autres espèces. On apprendra encore que certains animaux volent au dessus du sommet du Mont Everest, vivent jusqu’à 500 ans ou portent des noms de célébrités ! Fous rires et sourires assurés.


Mon livre de faits étonnants sur les animaux, James Maclaine et Carolina Buzio, Ed. Usborne, 9,95€, dès 6 ans.

Le livre extraordinaire des animaux disparus

Animaux en voie de disparition… malheureusement pour les jeunes générations, l’expression prend tous son sens. Réduction des espaces d’habitat à cause de la déforestation, introduction sur un territoire d’une espèce qui était absente à l’état naturel et qui chasse celles qui y vivent ou s’approprie leur nourriture, mort prématurée à cause de la pollution, pêche excessive… Au fil du temps, de nombreuses espèces se sont éteintes. Au cours du dernier millénaire, l’activité humaine a précipité la disparition de certaines d’entre elles.
Ici, nous sommes fans de cette série de livres grand format et le thème des animaux disparus est une valeur sûre : le tigre de Java qu’on ne peut plus voir en Indonésie depuis 2003, la tortue de l’île Pinta invisible depuis 2012 aux Galapagos, le dodo de l’île Maurice qui a été choisi pour la couverture et qui de longue date reste un symbole de ces animaux qu’on ne verra plus jamais.

Les illustrations sont extraordinairement réalistes, les informations riches d’enseignement et bien sélectionnées. On aime la fiche d’information sur chaque animal étudié, et notamment la comparaison en taille avec un être humain, qui aide à mieux percevoir la dimension de l’animal.

A chaque nouvelle parution, le succès est au rendez-vous pour mon Littleboy. A recommander, les yeux fermés !

Le livre extraordinaire des animaux disparus, illustré par Val walerczuk, little urban, 23€, des 6 ans.

Je cherchais un livre qui parle des artistes à LittleBoy et je suis tombée sur Énigmes au fil de l’art, résous 25 mystérieuses affaires. On se balade à travers les âges en menant des enquêtes à la Préhistoire, au Moyen âge ou encore à l’époque contemporaine. Les énigmes sont mises en scène pour susciter la curiosité, faire appel à la logique, à l’imagination et au sens de l’observation.

On se laisse entrainer dans les univers par le jeu des références.

On démarre une histoire en situant la période historique, les personnages. On se laisse entraîner dans leur univers et on finit par proposer une solution, vérifiable à l’aide d’un miroir, outil emblématique de l’histoire de l’art. Chez nous c’est l’adulte qui lit l’histoire jusqu’à l’énigme et l’enfant qui cherche les indices et émet les hypothèses. Les niveaux de difficultés varient selon les histoires et obligent à se creuser les méninges.

Toutes les époques historiques sont abordées, même contemporaine.

À la fin, on apprend toujours quelque chose. Une fois l’énigme résolue, on file à la fin du livre pour réaliser une activité en lien avec la période artistique abordée. On peut fabriquer une amulette, crée son propre alphabet égyptien, réaliser une gravure ou un paysage impressionniste. Plutôt sympa !

La lecture en miroir pour vérifier la solution d’une énigme.
Énigmes au fil de l’art, résous 25 mystérieuses affaires par Victor Escandell, éditions Saltimbanque, 16,90€. À partir de 6 ans.

La légende de Maurice le poney volant

« Lui qui pensait depuis toujours que les chevaux ailés n’existaient que dans les contes, voilà qu’il y en avait un sur son balcon »


Parmi les premiers romans à lire avec les enfants, nous aimons beaucoup la légende de Maurice.
Le pitch de départ : alors qu’une tempête magique fait rage dans les lointaines collines pluvieuses de l’ouest sauvage, Maurice, un poney volant légèrement enrobé, s’écrase contre le balcon de Max. C’est parti pour une aventure extraordinaire…


Notre avis : on aime la présentation des livres avec couverture cartonnée, les illustrations qui jalonnent le texte et ne découragent pas la lecture, les notes d’humour nombreuses qui donnent le sourire au jeune lecteur notamment quand les ouistitis des mers sèment la zizanie.
On est clairement dans un univers fantastique qui stimule l’imaginaire. Par exemple : Maurice est un poney qui a des ailes et qui parle et qui mange trop de biscuits à la vanille. Ou encore, la ville inondée de Bourberolles se transforme en cité lacustre à l’image de Venise mais les gondoles sont des bateaux gonflables et les voisins montent au balcon en tenue d’alpiniste pour trouver un refuge.
Trois volumes sont déjà sortis et un quatrième ne devrait plus tarder. On peut ainsi suivre les péripéties du duo d’amis sur fond de kidnapping de l’animal imaginaire (Tome 2) ou de vols de biscuits à la vanille (Tome 3). Et bientôt donc, une course d’obstacles avec des licornes (tome 4). Bref on s’amuse à la lecture de ces histoires pétillantes et loufoques.


La légende de Maurice, Philip Reeve et Sarah Mc Intyre, Ed. Little urban, 12,90€.
Roman pour les 8-12 ans.

Papa, regarde mon tableau !

Ce livre est un petit bijou avec bien plus de choses à observer qu’à lire… Mais vraiment, que c’est beau ! On assiste ici à une tranche de vie entre un père et son fils, dans le superbe décor de Giverny, temple de l’oeuvre de Claude Monet.

Le petit garçon a peint toute la journée dans le jardin et se régale d’avance d’aller montrer son travail à son père, Claude Monet. Les yeux de l’amour rendent ce tableau extraordinaire, le papa s’apprêtant à l’accrocher avec les siens, sur les murs de la maison. Mais l’auteure aura préféré les yeux de l’humour, en permettant à cet enfant de mettre son tableau à une place bien plus particulière, pour être toujours vu par son papa. Dans la chambre des adultes !

On aime la beauté des illustrations, l’oeuvre de Monet qui peuple les pages du livre, les pages découpées qui racontent une histoire en nous emmenant derrière une porte, une fenêtre et même au-delà des lavandes, dans le jardin. C’est terriblement poétique. On se sent invité dans la demeure et l’atelier de Claude Monet. On ouvre grand les yeux pour admirer. Les mots n’ont finalement plus beaucoup d’importance.

Papa, regarde mon tableau! Anaïs Brunet, éd. Saltimbanque, à partir de 6 ans, 17,50€

Pierre et Bob chiens détectives. L’enquête de l’oeuf perdu

Pâques approche à grand pas. Parmi les nouveautés de la saison, je me suis arrêtée sur Pierre et Bob, chiens détectives et leur enquête de l’oeuf perdu. Dans cette histoire, les deux compères viennent de déterrer un oeuf plutôt mystérieux. A qui peut-il bien appartenir ? C’est le bon moment pour enquêter sur les traces de la maman (ou du papa) de ce curieux oeuf. On commence par une évidence : la poule ! Oui mais voilà, elle ne le reconnaît pas et tous ses oeufs sont bien dans le poulailler. On passe ensuite chez les reptiles (parce qu’il n’y a pas que les volatiles qui pondent des oeufs), chez la tortue, l’ornithorynque ou encore le crocodile.

Ce qu’on aime dans ce livre, c’est la lecture amusante avec l’enquête qui nous tient en haleine pour savoir qui a bien pu pondre cet oeuf. Mais en bonus, on apprend que des animaux très différents peuvent avoir leurs bébés de cette manière. On découvre que les oeufs de l’émeu sont verts, que le python les garde bien au chaud en s’enroulant autour, ou encore que certains requins en pondent, mais dans un format bien différent de celui trouvé par Pierre et Bob.

Finalement, voilà l’oeuf qui se met à bouger… et qui en sort ? Un dinosaure ! Reste à lui trouver une maman qui saura s’en occuper…

Pierre et Bob chiens détectives. L'enquête de l'oeuf perdu, Katerina Gorelik, éd. Saltimbanque, 12,90€.

Un site Web propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑