Le lion qui ne savait pas écrire

L’histoire du lion qui ne savait pas écrire est un petit régal. Celui qui sait rugir et montrer les crocs se trouve bien désemparé au moment d’écrire des mots doux à une dame… il demande aux autres animaux de l’aider mais va se trouver confronté à un problème de taille: personne ne pense comme lui et n’est donc capable de traduire exactement ce qu’il ressent… c’est joli, plein de poésie et surtout motivant pour se mettre à l’écriture et en comprendre le sens. À l’aube du CP, on y voit tout l’intérêt !
Mon garçon demande à le lire tous les soirs et je l’entends « le lire » tous les matins dans son lit. Comme il y a tout un travail littéraire sur la répétition, il a bien intégré l’histoire… bref, il adore !

L’histoire du lion qui ne savait pas écrire de Martin Baltscheit et Marc Boutavant, Ed Ptit Glenat, 5 ans, 11euros.

La maison sous-marine aux 100 étages

Voilà un joli livre qui colle très bien avec la rentrée scolaire : La maison sous-marine aux 100 étages. On suit les pérégrinations d’une poupée de chiffon tombée des mains d’une petite fille sur un bateau. La poupée perd tous les vêtements et apparats au profit des animaux de la mer qui s’en emparent et lui propose en échange une jupe en écailles de poisson ou un sac en coquillage. Le principe étant qu’en cherchant ses affaires, elle descend les étages jusqu’à 100, pour enfin découvrir ce qu’il est advenu de son chapeau… on aime compter les étages au fil des pages, les couleurs joyeuses, la beauté des décors et l’univers féerique. La lecture du livre dans sa hauteur est amusante et colle bien à l’idée de grandeur. Je recommande…

La maison sous-marine aux 100 étages, iwai Toshio, Ed Picquier jeunesse, 13,50€, dès 5 ans.

Le mangeur de marmots malpolis

Lecture amusante avec Le mangeur de marmots malpolis et ses rigolades assurées. La jeune Manon a toujours quelque chose à dire au point d’en devenir insupportable pour ses parents, si bien qu’un jour… ses parents menacent de l’emmener chez CROC-M si elle ne se tait pas jusqu’à la fin du repas… et la parole de trop arrive… la voilà livrée chez le CROC-M en chair et en poils de yéti, censé non pas en faire son quatre heures, mais lui faire peur. Sauf que très vite, le moulin à paroles mouline et bla-bla-bla et bla-bla… même le monstre craque face à la mioche qu’il croque pour s’en débarrasser ! Indigestion assurée. Il est bon pour la ramener dans son foyer. Voilà la boule de poil invitée à la table familiale par la mini girl pour déguster … des croque-monsieur et croque-madame dont la recette à base d’ingrédients pourris ou bizarres est fournie en fin d’ouvrage… au cas où vous voudriez la tester à la maison…

Le mangeur de marmots malpolis, Catherine Latteux et Jess Pauwels, Ed Little urban, 13,50€, des 5 ans.

L’épouvantail

Parmi nos lectures de vacances, on trouve cette mignonnerie des Fan Brothers qu’on aime beaucoup ici : L’épouvantail au cœur de paille. La belle histoire de ce bonhomme de paille abandonné, que nul n’ose approcher hiver comme été, et qui pourtant ne demande qu’à aimer et être aimé. L’histoire est racontée en rimes pour une jolie sonorité et s’écoule au fil des saisons pour une petite traversée du temps. Au printemps, c’est la rencontre avec un petit corbeau tombé du nid et l’amour naissant entre les deux amis. Étrange duo qui grandit ensemble jusqu’au soleil d’été. L’heure du départ approche. L’épouvantail est seul à nouveau. Frissons d’automne, froid de l’hiver. Mais voilà qu’un grand corbeau noir vient de se poser à ses pieds. Puis près de son cœur. Les amis se sont retrouvés. L’épouvantail va accueillir un amour naissant et le cycle de la vie va recommencer…

L’épouvantail au cœur de paille, the fan brothers et Beth Ferry, Ed Littleurban 13,50€, des 4 ans.

Le lion et l’oiseau

Le joli livre du moment chez nous c’est Le lion et l’oiseau de Marianne Dubuc. On adore la tendresse dégagée par cet ouvrage, qui donne envie de lire lentement pour bien dérouler l’histoire. Lion est dans son jardin quand il entend un bruit. C’est un oiseau blessé ! Il faut l’aider, le soigner. L’amitié naît et voilà le lion et l’oiseau qui font vie commune. Un hiver à lire ensemble devant la cheminée, à partager des repas et le couchage, les parties de luge et de pêche... l’hiver passe et un beau matin de printemps, l’oiseau s’envole rejoindre ses frères et sœurs dans le ciel. C’est ainsi, c’est la vie. Les saisons passent et reviennent... tout comme le jeune ami 😉. Bref, un beau livre sur la force de l’amitié et l’espoir du retour. On a adoré.
Le lion et l’oiseau, Marianne Dubuc, Editions Saltimbanque, 14€, des 4 ans.

A la recherche des trois flamants roses

Voilà un super « cherche et trouve », hyper coloré et corsé juste ce qu’il faut pour faire mariner mon LittleBoy quelques minutes avant de trouver les trois flamants roses de Léona Rose. Dans ce livre XXL, on embarque pour un tour du monde des couleurs, avec trois personnages à identifier à chaque fois : le flamant fan de mode avec son téléphone portable, le flamant artiste avec ses pinceaux et le flamant photographe avec son appareil. On adore voyager en couleurs, dans la ville rose de Marrakech, dans l’ultra violet du monde de la mode à New York ou le jaune tournesol de La Havane... dans cette époque pas toujours rigolote, prendre un shoot de couleurs fait vraiment du bien. Alors on ne s’en prive pas !
À la recherche des trois flamants roses, Leona Rose ed Little Urban, 19,50€, dès 5 ans.

Contes d’Afrique

Sur la table de nuit de LittleBoy en ce moment, on trouve les contes d’Afrique édités au Père Castor. Vingt courtes histoires de la culture orale du Sénégal, du Soudan… qui permettent de découvrir l’Afrique et ses traditions. Soyons honnêtes, elles ne sont pas toutes faciles d’accès pour un enfant de six ans, mais elles ont le mérite d’être authentiques et permettent aux jeunes lecteurs de s’initier à la culture africaine. A l’origine, ces contes ont pour but de divertir en stigmatisant les travers humains. On y évoque le mensonge, la paresse, la méchanceté mais aussi le courage et la solidarité. On y met en scène les animaux, les hommes, et une pincée de magie. Quant à la morale, elle est souvent une leçon de vie. Instructif et amusant.

Contes d’Afrique, Jean Muzi et Sébastien Pelon, père Castor, dès 6 ans, 12€.

Gromislav

Mon garçon s’amuse des légendes et autres héros de la mythologie. Donc, il apprécie cette histoire inspirée de la mythologie slave. Gromislav est un géant qui vit là, endormi sous nos pieds, sous l’humus des forêts, le bitume de nos rues, le sable de nos plages, l’herbe de nos prairies. Dans cette fable écologique, il sauve la terre des agressions des autres géants et méchants en tout genre. Héros discret, chacun peut sentir sa présence dans un souffle de vent, voir son reflet entre les nénuphars d’un étang. Il dort et couve la terre… tant qu’on continue à en prendre soin nous aussi.

Gromislav, Carole Trebor et Tristan Gion, Ed. aleph, 16,90€. Dès six ans.

Mission Vétos – Un dauphin en détresse 

Avec Littleboy nous avons profité des dernières semaines pour replonger dans notre bibliothèque mais aussi pour découvrir de nouvelles histoires. Dans Mission Vétos, un dauphin en détresse, on découvre les vacances d’Ines et de Lucas en Bretagne. Les deux enfants découvrent un dauphin échoué sur la plage et vont agir au plus vite pour le sauver. L’histoire est mignonne et sensibilise à la biodiversité et à la protection des animaux. Elle est écrite comme un roman pour les enfants à partir de sept ans mais permet avec des plus jeunes d’aborder la lecture longue et moins illustrée. On le ressortira quand le temps de la lecture en solo sera venu.

Il s’agit d’une série, on peut aussi se préoccuper d’un hérisson d’un cheval d’un chien…

 Mission Vétos - Un dauphin en détresse, Castor Romans, Pierre Gemme et Cecile Becq, 5,95€, à partir de sept ans. 

ArchiDoc : J’agis pour ma planète

Dans l’archi DOC j’agis pour ma planète, LittleBoy découvre les dangers qui menacent notre planète mais aussi tous les petits gestes à faire au quotidien pour en prendre soin.

On y fait d’abord un tour d’horizon des consommations d’énergie du quotidien, des ressources que nous épuisons pour fabriquer des smartphones ou machines à laver. On y parle pollution, réchauffement climatique avec impact sur les animaux et la nature. Une bande dessinée sur deux pages explique aussi comment l’orang-outan est mis en danger par la déforestation pour la plantation de palmiers à huile.
Rien n’est oublié. On aime assez les pages (une dizaine) qui proposent aux enfants d’agir contre le réchauffement climatique en modifiant son mode de transport pour l’école ou en évitant le gaspillage, voire en troquant sa bouteille d’eau en plastique contre une gourde en métal. Tout y passe : tri des déchets, emballages, produits de saison etc… et comme toujours dans cette série : un vrai-faux et un cherche et trouve pour vérifier que les infos ont été assimilées. Un livre riche d’enseignements !
ArchiDoc J’agis pour ma planète, Ed. Père Castor, 8€, à partir de 4 ans.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑