Le livre du samedi : compte avec les pingouins

Ma petite trouvaille de la semaine qui me plait beaucoup, c’est ce Compte avec les pingouins de Jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet. On commence par détacher les 41 éléments prédécoupés qui nous serviront à compter au fil des pages.


En effet, à chaque étape, l’enfant doit résoudre les problèmes qui lui sont proposés comme de mettre cinq petits pingouins sur la banquise, empiler deux pingouins pour arriver à hauteur d’ours… évidemment c’est pour les grands. Mais pour mon LittleBoy j’ai l’intention au départ, d’adapter moi-même les problèmes pour les simplifier au maximum. J’aime l’idée de manipuler les petits personnages pour compter sachant que LittleBoy est capable de dénombrer jusqu’à 4-5. Et que c’est aussi un objectif de petite section. Une façon ludique de s’y entraîner !

Compte avec les pingouins de Jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet, Editions Hélium, 13,90 euros, dès 3 ans.

Publicités

Fichier_000-76

Le livre du samedi : On fait la taille

Excellent petit livre qui se lit comme on mange un bonbon. On fait la taille, d’Emile Jadoul, raconte l’histoire d’un lapin devenu grand, qui joue au ballon en solo. Quand les autres animaux viennent le voir avec l’idée de faire deux trois passes avec la balle, il les estime trop petit et garde son bien jalousement. On voit ainsi défiler la poule, le cochon, le canard, la chèvre… pour se mesurer au lapin et voir qui est le plus grand, avant finalement, de s’apercevoir que c’est ensemble, qu’ils sont suffisamment haut pour récupérer ce ballon parti se percher sur un immense mur. C’est mignon, le comique de répétition fonctionne bien et nous tient de page en page… et LittleBoy en redemande !

On fait la taille, Emile Jadoul, éditions Pastel – école des loisirs, 11 euros, à partir de deux ans.

Fichier_001

La série du mercredi (2/3) : T’choupi à la plage

Pour cette série du mercredi (2/3) qui traite des livres ayant trait aux vacances, j’ai choisi T’choupi à la plage de Thierry Courtin. Il s’agit d’un ouvrage de la série Une histoire à deux voix, avec des textes à trous, les mots étant remplacés par un dessin que l’enfant reconnaît. Ainsi, l’histoire se lit à deux et permet d’étoffer le vocabulaire du minot. Et ça ne plaisante pas quand il s’agit de lui faire reconnaître coques et couteaux à ramasser sur la plage ou encore, les anémones de mer et les crevettes ! Evidemment, le livre est d’autant plus intéressant si l’enfant part en vacances au bord de l’océan, il pourra alors appliquer ce qu’il a appris au paysage qu’il découvre. A noter en fin d’ouvrage, une double page de Cherche et trouve version bambino.

T’choupi à la plage, Thierry Courtin, Editions Nathan, 5,70 euros, à partir de deux ans.

Fichier_000 (16)

La série du mercredi (1/3) : Tous en bateau !

Pour cette série du mercredi (1/3), j’ai choisi des livres qui parlent des vacances et d’abord, Tous en bateau ! de France Cottin, illustré par Charlotte Roderer, aux éditions Nathan. Littleboy aime beaucoup ce livre qui n’est pas une histoire linéaire mais un récit que l’enfant nourrit de ses observations et parfois même de son imagination. Un livre de papotages, pour mieux faire parler les enfants. Le fil conducteur, c’est une famille qui embarque sur un bateau avec un capitaine, pour une balade en mer, direction une île et son phare. L’orage qui sévit en cours de route, ajoute du piment au scénario. L’enfant enrichit son vocabulaire maritime, décrit les décors de l’histoire, situe les objets et les personnages dans l’espace, décrit leurs vêtements… Il est aussi invité à s’exprimer par deux personnages Papoti et Papota, qui l’interpellent sur ce qu’il aime faire en vacances, comment il s’habille quand il pleut…  Un livre sympa et intelligent.

Tous en bateau !  De France Cottin, illustré par Charlotte Roderer, aux éditions Nathan, à partir de deux ans et demi. 8 euros.

Fichier_000 (18)

Trois bonnes raisons d’aller au musée du vitrail à Curzay-sur-Vonne

  1. Des oeuvres d’art contemporaines.

    A 30 minutes de Poitiers, le musée du vitrail de Curzay-sur-Vonne a trouvé place… dans une église. Logique me direz-vous. Sauf que dans cette église, les vitraux les plus intéressants ne sont pas enchâssés dans les murs, mais exposés et expliqués aux visiteurs. Des vitraux contemporains et de créateurs. On n’y trouvera pas « Georges terrassant le dragon », où alors dans la partie historique du rez-de-chaussée qui explique l’histoire des vitraux. A l’étage, ce sont plutôt des oeuvres d’artistes habitués à cette matière aride, qu’il faut dompter pour la rendre belle.

    Fichier_002 (1)

  2.  Un atelier et des démonstrations.

    De l’autre côté de la rue, un atelier du vitrail permet de voir des artistes à l’oeuvre, aussi bien dans l’application de pigments avec de la poudre d’argent ou de cuivre, que dans la découpe du verre et la pose du plomb de jointure. Ce qui rend la visite encore plus vivante et permet l’échange avec les créateurs. Toujours enrichissant.

    Fichier_001 (1)

  3. Une découverte pour les enfants.

    On ne va pas se mentir, un espace où il y a du verre partout, n’est pas un lieu où laisser traîner les enfants en bas âge. Au rez-de-chaussée, on captera leur attention à l’aide d’extraits vidéo qui montrent comment on monte un vitrail. Un peu plus grands, l’audioguide pourra aussi faire son effet. A l’étage, ils s’amusent de voir la paire de lunette-vitrail suspendue au plafond, avant de filer à l’espace ludique, pour y réaliser des puzzles de vitrail en bois pour les plus jeunes, en verre accompagnés d’un adulte. Ils pourront aussi colorier des dessins de vitraux existants. Les démonstrations à l’atelier feront aussi leur effet.

Musée du vitrail et Atelier du vitrail à Curzay-sur-Vonne dans la Vienne. Du 1er juillet au 31 août, c’est ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h-12h / 14h-18h. Les artistes sont présents dans l’atelier les samedis et dimanches de 14h à 18h. Tarif 7 euros, réduit 5 euros (dont enfants de 11 à 16 ans), gratuit pour les moins de 10 ans.

Les Rencontres du vitrail, du 12 au 15 août : Des artistes verriers seront présents à l’Atelier pour rencontrer le public de 11h à 19h sur les 4 jours. En parallèle, sur la place de l’église, des animations gratuites pour petits et grands sont proposées ainsi qu’un espace restauration et buvette assuré par une association de la commune. Atelier : gratuit Musée : tarif réduit 5 euros, gratuit pour les – de 16 ans. Horaires : 10h – 19h

 

 

Fichier_000-68

La série du mercredi (3/3) : Woolly the sheep

Pour finir cette série du mercredi (3/3) qui permet à nos enfants d’écouter des histoires en anglais comme ils en écoutent en français, j’ai choisi Woolly The Sheep illustré par Stephen Cartwright’s. Ou disons plutôt que c’est LittleBoy qui l’a choisi car personnellement, je l’aurai (à tort) considéré un peu trop difficile. Il s’agit d’une jolie histoire entre un mouton et une fermière, écrite dans un langage très simple et très clair. Les illustrations très bien faites, permettent à l’enfant de bien comprendre le sens de cette histoire racontée en anglais. Chaque page propose une image et sa légende de 3 à 6 mots maximum. Si bien que LittleBoy a longtemps adoré ce petit livre qui par ailleurs, ne manque pas d’humour.

Woolly the sheep, illustré par Stephen Cartwright’s, Usborne, Family Tales Board Book, 3,99 livres sterling (sur Amazon UK), dès deux ans.

Fichier_001-20

La série du mercredi (2/3) : Baby Firsts

Pour cette série du mercredi (2/3) sur les livres qui aident les petits à parler anglais, j’ai choisi cette série Baby Firsts qui se divise en plusieurs petits livres : Farm animals, words, colors, opposite… J’y vois plusieurs avantages : chaque page est consacrée à un seul mot : ici pour les animaux de la ferme, on a un dessin de cheval pour horse, un dessin de cochon pour pig… Ces petits ouvrages sont très faciles à prendre en main dès le plus jeune âge. Les couleurs et la simplicité du graphisme facilitent la tâche. Bref, ces petits livres cartonnés peuvent être transportés et consultés partout par l’enfant.

Baby Firsts, North Parade publishing, Early learning boxed set, Comptez 7 livres sterling sur Amazon UK pour un set de six livres accompagnés de cubes, dès bébé.

Fichier_000-67

La série du mercredi (1/3) : Mes premières comptines en anglais

Pour cette série du mercredi (1/3), j’ai choisi de vous parler des livres qui aident nos enfants à se familiariser gentiment avec l’anglais. Mes premières comptines en anglais, illustrées par Séverine Cordier, chez Gründ, permettent une entrée en matière tout en douceur. On chante The Alphabet Songs, on mime les gestes d’ head and shoulders, l’équivalent de notre Tête-épaule-genou-pied, on compte avec One, two Buckle my shoe et on s’attendrit avec la berceuse Twinkle, twinkle Little Star. L’enfant participe en appuyant sur la puce et en déclenchant lui-même les chansons. Et pour l’adulte, les paroles sont écrites en anglais et en français. Personnellement, je lui chante le plus souvent en anglais mais aussi parfois en français, pour qu’il puisse faire sens. Mais les illustrations suffisent sans doute…

Mes premières comptines en anglais, Illustrations Séverine Cordier, Gründ, 9,95 euros, dès un an.

 

Fichier_000-75

Le puzzle avec image imprimée

LittleBoy stagnait un peu dans la réalisation de puzzle, autour de neuf pièces. Alors nous sommes partis sur une option puzzle avec image imprimée sur le fond du cadre et cette aide à la réalisation s’est avérée très efficace. Le choix du motif Flash Mc Queen étant une autre source de motivation. Et c’est ainsi que LittleBoy est passé au 15 pièces.

Puzzle avec image imprimée, plusieurs motifs, 15 pièces, chez Nathan, 8 euros, trois-quatre ans.

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑